Newsletter :

Revêtements de sol mélangés : l’imagination au service des boutiques et des agenceurs

L’évolution des procédés de fabrication de sols PVC, qui proposent désormais des gammes très étendues aux aspects– bois, pierre, béton, carrelage, etc – permettent toutes les audaces aux architectes. Les combinaisons de plusieurs textures et matières les aident notamment à délimiter des espaces de repos, les différentes surfaces de vente, d’essayage… Et tant mieux si le mobilier ou les revêtements muraux s’assortissent au concept !

Les spécialistes de l’aménagement des boutiques –et les commerçants eux-mêmes – le savent bien : il est toujours plus important de proposer des ambiances innovantes aux clients lassés de fréquenter des locaux commerciaux trop uniformes, avec un impact direct sur leurs ventes. C’est ainsi que la fréquence de renouvellement des revêtements de sols et, plus généralement, des concepts d’aménagement, s’est accélérée ces dernières années, comme d’ailleurs dans l’hôtellerie.

Toujours plus de solutions PVC et textiles

Avec la multiplication de revêtements de sol qui offrent avec un réalisme étonnant l’aspect du bois, du béton, du carrelage ou encore de la pierre, les architectes peuvent aujourd’hui oser la mixité des matières, pour délimiter les espaces dans les boutiques. Par exemple, en installant des lames LVT dans la partie passante d’un magasin de vêtement et devant les caisses, tandis que les cabines d’essayage accueilleraient plutôt un revêtement textile, moquette ou Flotex, plus agréable aux pieds nus ?

« Il est sans doute encore un peu tôt pour voir se généraliser de telles associations » tempère Hervé Llido, chef de marché Retail France chez Forbo. « L’écueil principal va se situer au niveau de l’entretien. Si l’exploitant du magasin multiplie les surfaces distinctes, il va aussi multiplier les méthodes de nettoyage. Autrement dit, qu’il le fasse lui-même ou qu’il s’adresse à un sous-traitant, peut être perçu comme complexe ».

Mélanger les textures, mais rester dans la même gamme

En revanche, avec la généralisation, dans les gammes des fabricants de sols PVC, de propositions de solutions qui reproduisent avec un réalisme étonnant l’aspect du bois, du béton, du carrelage ou encore de la pierre, les architectes peuvent oser la mixité des textures pour délimiter les espaces dans les boutiques, en gardant néanmoins le même produit au sol, ce qui permet un nettoyage facile en une seule passe.

« Si ces équilibres économiques sont importants à préserver dans un secteur du retail hyper concurrentiel, nous sentons tout de même l’envie chez certains clients d’aller plus loin » continue Hervé Llido, qui nous donne quelques exemples :

  • Le zoning et le marquage au sol, en jouant sur les coloris (chauds ou froids) ainsi que sur une signalétique conviviale, reposent également sur un choix unique de matériau, et proposent donc un entretien aisé.
  • Le mobilier (présentoirs, étagères murales) peut amener des touches de matière chaude (bois par exemple) ou évoquant la technologie (métal), tout en conservant un sol PVC facile à entretenir. Hervé Llido signale que certains designers osent défier les idées reçues, en combinant des imitants béton au sol, avec un mobilier en bois, pour créer une atmosphère d’atelier confortable, y compris dans des magasins d’habillage.
  • Les incrustations – en particulier de tapis – sont également à la mode, au milieu d’un revêtement principal qui peut être en parquet ou en PVC. L’espace ainsi délimité est propice au repos.

On n’oubliera pas, dans ce tour d’horizon de l’innovation dans le développement des boutiques, de faire crédit aux grands magasins parisiens, pionniers en la matière avec la création des corners – espaces réservés à des marques -, dont la première concrétisation a bien souvent été la rupture des matériaux au niveau des sols.

Il y a fort à parier qu’à l’avenir, et même si l’entretien des boutiques s’en trouve légèrement complexifié, ce type de démarche va se généraliser. Surtout qu’en matière de commerce, celui qui innove en premier sur l’accueil de sa clientèle, marque souvent des points sur la concurrence.