« Dans la clinique, nous privilégions les matériaux naturels comme le linoleum »

Inaugurée il y a 21 ans, la clinique de Caluire (69) doit s’adapter en permanence aux nouvelles contraintes de l’exercice de la médecine comme aux attentes des patients et du personnel. Pour ces projets de rénovation qui s’enchaînent, le cabinet d’architecte R2A a retenu les sols PVC et linoleum de Forbo, bien adaptés à la recherche d’un plus grand confort et d’une atmosphère plus saine, dans le respect des contraintes techniques inhérentes à l’hôpital.

Crédit Photo : Renaud Alardin – R2A

Côté-Sols : Votre agence lyonnaise s’est forgé une image reconnue dans le monde de la santé. Quel est votre projet phare ?

Renaud Alardin, architecte DEA HOMP, cabinet R2A : Nous travaillons depuis plusieurs années sur la clinique protestante de Caluire, avec de nombreuses rénovations qui se sont enchaînées. Nous avons, entre autre, réhabilité un service d’ophtalmologie, des bureaux administratifs, certains cabinets de consultations, le service gynécologie-obstétrique ou encore la maison de garde qui assure les premières urgences et les vestiaires de bloc.

Coté-Sols : Quels types de sols posez-vous dans ces projets ?

Renaud Alardin : nous cherchons aujourd’hui à privilégier les matériaux naturels comme le linoleum, très apprécié du personnel hospitalier et des patients, en particulier pour les odeurs saines qu’il dégage. Un produit comme Marmoleum chez Forbo propose en plus des gammes de visuels très riches, tout en tenant compte des contraintes d’hygiène fortes dans le monde de la santé.

Les sols PVC compact comme Sphera sont réservés aux blocs opératoires, notamment grâce à leurs traitements de surface qui empêchent les incrustations de tâches de bétadine. Les exigences d’asepsie sont également fortes, ce qui impose des remontées de plinthes pour éviter des infiltrations suite aux nettoyages, là-encore, le PVC offre des solutions appréciables.

Côté-Sols : Avez-vous déjà tenté des poses non collées à l’hôpital ?

Renaud Alardin : Justement, nous venons d’en réaliser une dans un couloir d’accès à un vestiaire avec un trafic de 70 personnes jours environ. C’est un premier test, sur les conseils de Forbo qui nous a procuré des échantillons de sa gamme Compact modul’up. Il est trop tôt pour tirer des conclusions de cet essai, sur le plan de la durabilité par exemple. Néanmoins, l’approche est très intéressante car, comme vous le savez, à l’hôpital, le temps est toujours compté. Réduire les durées d’immobilisation des salles, des chambres ou des circulations peut vraiment représenter un plus.

Côté-Sols : Quelle est la durée de vie des sols que vous posez ?

renovation-sols-hopital

Renaud Alardin : Il est intéressant de constater que, dans cette clinique inaugurée en 1997, on trouve à la fois des sols PVC en place depuis plus de 20 ans, ce qui prouve leur adéquation aux exigences du lieu, mais aussi des revêtements beaucoup plus récents, et qui ont déjà été changés plusieurs fois. Il peut y avoir dans certains cas des problèmes avec les couches d’usure mais pour l’essentiel, ces rénovations sont le fruit d’une reconfiguration de service ou de l’arrivée de nouveaux médecins qui veulent changer de décors. Dans certains cas enfin, il peut s’agir d’un simple recouvrement d’une portion de sol dégradée. Là-aussi la pose libre de sols souples est prometteuse.

Côté-Sols : Comment traduisez-vous l’évolution des attentes des patients et de leurs visiteurs, au niveau de l’accueil ou des chambres par exemple ?

Renaud Alardin : Concernant le repérage des patients, les sols ont un rôle certain à jouer pour renforcer les ambiances visuelles et ainsi sécuriser les parcours vers les bons interlocuteurs ou les bons services. Mais il faut compléter avec des panneaux à hauteur d’œil et ne jamais oublier l’humain dans tout cela.

Dans les chambres, la tendance est à recréer un univers plus intime, qui permette au patient et à ses visiteurs de se sentir un peu « comme chez soi », au moins dans la partie du fond réservée au lit, tandis qu’un certain nombre d’équipements plus technique et la salle de bains restent plutôt dans la première partie du local. Ici aussi, les sols PVC nous ont apporté des solutions intéressantes, avec des imitations bois qui rassurent et créent une ambiance plus naturelle, et des tons assez lumineux pour améliorer la clarté de la pièce.

Côté-Sols : Pour finir, qu’attendez-vous des fabricants de sols en termes de support ?

Renaud Alardin : Le monde de la santé est très exigeant sur le plan technique et les personnes qui y travaillent ont aussi des demandes précises qu’il faut vraiment satisfaire, compte tenu des enjeux vitaux à l’hôpital, et des exigences d’efficacité. Il est donc très important que les fournisseurs sur nos projets proposent non seulement des garanties sur leurs produits, mais aussi et surtout, des réponses rapides et des solutions concrètes en cas de désordres. C’est bien entendu le cas avec ceux avec lesquels j’ai choisi de travailler.