La pose non collée, du mieux pour le TCO de vos sols souples

A budget égal, une première pose non collée fait gagner un temps précieux aux soliers et aux maîtrises d’ouvrage, tandis qu’une seconde pose leur fait également réaliser des économies.

L’engouement des maîtrises d’ouvrage et des entreprises de pose pour les nouveaux revêtements de sols à installer sans colle, doit beaucoup au temps gagné pendant cette première phase. Mais il est également question de budget, lors des opérations ultérieures de changement de sols, ainsi que, dans de nombreux cas, dès la première mise en place. Voyons les chiffres en détail, et leur impact sur le TCO.

Préparation du sol pour une première pose : avantage Pose non collée (+)

  • La pose non collée peut se réaliser sur un support neuf, sans préparation particulière, comme la pose collée
  • Elle est aussi possible en recouvrement d’un ancien revêtement de sol (carrelages (*), parquets, dalles vinyles contenant éventuellement de l’amiante (**). Dans ce cas, la phase de préparation du sol disparait (sauf éventuel ragréage léger)
  • Dans les autres cas de première pose, les temps et donc les coûts de préparation/réparation éventuels du support (décollage, décapage, ragréage, recyclage des déchets, selon les cas) sont équivalents

Temps de première pose : avantage pose non collée (++)

  • Les fabricants de sols souples PVC, de LVT clipsables, de textiles floqués (en pose poissée) ou encore de linoleum au format dalle clipsable s’accordent pour estimer que le temps de pose est divisé par deux.
  • A noter également que la facilité de pose peut permettre dans certains cas de la confier à du personnel interne (factotum), par exemple dans les EHPAD, afin de limiter le recours à la sous-traitance.

pose-non-collee

Coût de la première pose : Egalité (=)

  • Toujours selon les fabricants, la somme des frais de pose et du coût du revêtement de sol est équivalente, selon que l’on choisisse une technologie dédiée à la pose non collée ou un revêtement à coller.

Délais de mise en œuvre pour la première pose : net avantage pose non collée (++)

  • C’est le point fort de la pose non collée. L’absence de colle permet d’éliminer le temps de séchage. Le gain est de l’ordre de trois jours par rapport à une pose collée.

Rénovation : avantage pose non collée (+++)

  • L’enlèvement d’un revêtement non collé est rapide
  • Il n’y a pas d’atteintes au support, ni colle à décaper, ni arrachement nécessitant un ragréage
  • Le recyclage est facilité hors cadre amiante (pas de déchets de colle sur le sol PVC) et donc éligibles aux circuits de recyclage les moins couteux.
  • La pose du nouveau revêtement reprend tous les autres avantages déjà cités.

En résumé, sur un cycle complet (de la première pose à la pose d’un nouveau revêtement), la pose non collée sort vainqueur de presque toutes les étapes. Dans la mesure où les gammes de produits éligibles à ce type de pose s’élargissent, il est donc temps pour les maîtrises d’ouvrages de considérer cette option avec attention pour tout nouveau chantier. Et pour les soliers, de former leurs équipes à ces techniques, afin de tirer parti de la demande en forte croissance.

(*) sous réserve d’éligibilité (largeur des joints inférieure à 5 mm et profondeur inférieur à 1 mm)

(**) Selon réglementation en vigueur