Pour garantir aux PMR un accès facile aux salles d’eau des établissements de santé, les architectes peuvent désormais s’appuyer sur une nouvelle gamme de sols PVC, respectueux des exigences de sécurité et d’étanchéité.

Parmi les obligations qui incombent aux maîtrises d’ouvrage des établissements hospitaliers et des EHPAD, la prise en compte des personnes à mobilité réduite (PMR) occupe évidemment une place de choix. En effet, comme pour tout établissement recevant du public, l’exemplarité est de mise, et le législateur souligne notamment que « Les établissements (doivent) contribuer au développement d’une logique d’égalité des prestations, en éliminant toutes formes de discrimination et en prenant en compte les aptitudes diverses des usagers ». Or c’est bien le respect des règles d’accessibilité qui permettra d’éviter les principales situations de handicap.

Concernant les salles d’eau, l’objectif des architectes sera même double : il s’agit à la fois de garantir l’accessibilité (s’y rendre) et l’utilisabilité (s’en servir) de la pièce. Des textes précis définissent des dimensions à respecter, en fonction de la nature de l’équipement. Concernant les établissements hospitaliers, il faut retenir les points suivants :

  • L’espace de rotation minimum doit être de 1,50 m.
  • Une douche est réputée accessible quand elle s’inscrit dans un volume d’une hauteur minimale de 1.80 m, et d’une emprise au sol (l’espace douche) de 0.90 m x 1.20 m.
  • Cette emprise au sol doit être accessible par un espace d’usage parallèle et tangent à son grand coté.
  • Le ressaut entre l’espace douche et le reste de la salle d’eau doit être idéalement nul. Au-delà de 2 cm il doit y avoir une rampe d’accès à l’espace douche
  • Dans tous les cas, le ressaut ne doit pas faire plus de 4 cm
  • Le revêtement de sol doit être anti-dérapant.

Sarlibain_002-C1

D’autres contraintes sont posées par la réglementation générique s’appliquant à l’ensemble des EPR (établissements recevant du public), en particulier :

  • La customisation (ajout d’une signalétique) de la paroi de douche sur toute la hauteur
  • Au moins une salle d’eau doit être conçue et équipée de manière à permettre, par des aménagements simples, l’installation ultérieure d’une douche accessible à une personne handicapée (articles R.111-18-2 et R.111-18-6 du Code de la construction et de l’habitation)
  • Un arrêté stipule que l’accessibilité des lieux humides doit être facilitée tout en assurant la sécurité des utilisateurs

C’est sur ce dernier point en particulier que les fabricants de sols souples peuvent apporter des solutions pertinentes aux maîtrises d’ouvrages. Grâce à la souplesse de leurs produits, ils sont en effet en mesure de proposer des concepts de douche sans bac et avec siphon d’évacuation, permettant un accès direct de l’usager (Sarlibain chez Forbo) tout en assurant l’étanchéité dans les pièces humides.
Un avis technique validera systématiquement la proposition qui mixe des revêtements de sol PVC hétérogène compact, et de mur en PVC calandré, ainsi que des accessoires de finition spécifiques (profilés d’angles de plinthes, etc), le tout mis en œuvre selon une méthode efficace et éprouvée. Une réponse performante aux exigences de résistance à la glissance pour une sécurité optimale, d’étanchéité totale, de résistance aux taches pour une hygiène assurée, qui sera garantie 10 ans sous Avis Technique. La gamme Sarlibain, coordonnées aux offres Chromatech (Hôpitaux, etc) et Materiotech (EPHAD) sera disponible tout prochainement.

attendre 24h pour la mise en place du siphon le lendemain de la pose du sol