Les chantiers estivaux de rénovation sont nombreux, notamment dans les résidences secondaires ou de vacances. Mais comment intervenir en présence d’occupants, qui souhaitent profiter au maximum de leur villégiature ? Les sols PVC, notamment en pose non collée, proposent des réponses efficaces.

« En quatre mois, dans les stations balnéaires, il faut réaliser les travaux de toute une année. De plus, entre la venue des propriétaires pendant leurs quelques semaines de vacances, ou la présence de locataires à la semaine le reste du temps, il faut parfois travailler en milieu occupé ». Cet entrepreneur de Montpellier, à proximité de la Grande Motte, Carnon et autres Palavas les Bains, sait de quoi il parle. Chaque année, pour ses chantiers estivaux, il éprouve les pires difficultés à organiser les différentes phases de ses interventions.

Sauf pour les sols. Car depuis qu’un de ses clients hollandais – ils sont nombreux sur la côte languedocienne et jusque dans les Cévennes – lui a demandé une année de poser un sol PVC à la place du carrelage qui équipait d’origine son appartement du bord de mer, il en est devenu un fervent promoteur.

En recouvrement, sans ragréage indispensable

« Déjà, il n’y a pas eu besoin de faire une dépose de l’existant. Comme le carrelage avait été correctement posé, avec des joints peu épais, le PVC posé par-dessus était assez souple pour absorber les légères irrégularités du support ».

Deuxième atout, la pose sans colle. « Là-encore, mon hollandais m’a ouvert les yeux. Généralement, ils sont assez tatillons sur les questions de sécurité et d’environnement. J’ai donc été surpris qu’il n’exige pas de colle pour fixer le nouveau revêtement ». Il faut dire que les fabricants de sols PVC ont fait accomplir de gros progrès à leurs produits ces dernières années. Entre les solutions clipsables (en dalles ou en LVT), les poses poissées, les poses semi-libres (avec des adhésifs en périphérie et aux jointures de lés) ou totalement libres, l’artisan a le choix ! Et surtout, il peut annoncer des temps de chantier raccourcis à ses clients, pressés de pouvoir à nouveau profiter de leur villégiature.

Pas de colle, et des temps de pose raccourcis

Car l’absence de dépose initiale, puis des temps de pose nettement raccourcis en l’absence de colle, permettent désormais de traiter un T2 en l’espace d’une journée. « Le matin, mes gars évacuent sur le balcon de la résidence les meubles qui gênent l’accès au sol. Puis ils posent le nouveau revêtement de sol dans la foulée. Avant de tout remettre en place. Parfois, la pièce est prête avant même que les propriétaires ne reviennent de la plage » !

Il faut aussi pouvoir compter sur le beau temps pendant que les meubles sont à l’extérieur ! Mais le cas des appartements de bord de mer est extrême. La plupart du temps, dans les chantiers de rénovation, l’entrepreneur – ou le particulier qui s’en charge lui-même – disposent d’une pièce libre où ils pourront transférer les meubles pendant qu’ils posent le sol souple.

Désormais, en milieu occupé, c’est le sol qui pose le moins de problème

Et notre entrepreneur de conclure : « Pendant longtemps, dans ces interventions dans des logements occupés, ce qui m’ennuyait le plus, c’était la réfection des sols. Pour les peintures des murs et des plafonds, on se débrouillait avec des draps et en déplaçant les meubles. Aujourd’hui, c’est presque l’inverse. Traiter un sol de résidence en une journée, ce n’est plus un problème. Par contre pour les peintures, cela devient compliqué car les clients sont de plus en plus allergiques aux odeurs qui se dégagent une fois les pots ouverts ».