Seconde salle indoor de France par la taille, l’Arena de Montpellier n’a mis que deux ans à sortir de terre. Un pari réussi sans sacrifier au respect de l’environnement pour le chantier, ni aux exigences de design et de résistances en tous genres pour le sol PVC dont 3000 m2 ont été posés.

Il ne s’est écoulé que 23 mois – d’octobre 2008 jusqu’au jour de l’inauguration, par un concert du groupe Indochine, le 8 septembre 2010 – pour que l’espace multifonctions Arena voit le jour à proximité de Montpellier, dans le quartier du parc des expositions. A la fois hall d’exposition et de congrès, salles de spectacles et Palais Omnisports – l’équipe de Handball de l’agglomération, multiple championne de France, y joue tous ses matchs importants -, cet équipement d’envergure est le deuxième du genre par la taille en France, après le POPB (Palais Omnisports Paris Bercy).

« Nous devions enthousiasmer au premier regard, donner l’envie de revenir » résume l’architecte dplg Philippe Cervantes, du cabinet A+ Architectures, qui a conçu le projet et assuré sa maîtrise d’œuvre. Mais avant que le spectacle commence, il a fallu que le chantier se montre respectueux de l’environnement, avec une limitation maximale et le tri optimisé des déchets, la maîtrise des consommations en eau, et l’utilisation de matériaux HQE ®. Le choix s’est également porté sur des matériaux de construction présentant de bonnes qualités acoustiques – de nombreux concerts sont joués dans la salle – et d’isolation.

Des qualités reconnues d’abord aux sols textiles, mais le produit Flotex de Forbo est finalement retenu. Cette alliance d’un revêtement textile et du PVC pour la résilience (velours ras et fin implanté dans un dossier PVC par flocage électrostatique), présente en effet des performances acoustiques de 21 dB pour les lés, et de 19 dB pour les dalles.

C’est néanmoins le design du produit que Philippe Cervantès met en avant : « Pour ce projet festif, il nous a clairement convaincus. En particulier parce que nous avons retrouvé dans cette gamme, la gamme chromatique développée sur l’ensemble du projet ».

Sans doute moins glamour, mais toutes aussi importantes, la solidité du revêtement, sa résistance aux tâches et sa facilité d’entretien, ont joué un rôle déterminant dans le choix. Car il va devoir subir, dans le cadre de l’utilisation attendue, « toutes sortes de jets d’alcools, de saucissons, beurre et autres substances non répertoriées dans les DTU ». DTU (document technique unifié) qui, rappelons-le, régissent le choix, puis les techniques de poses employées, pour l’ensemble des revêtements de sol, dont les sols résilients et souples.

bouton-download-moquette-textile-floque