Imaginer des spas, des thermes ou des saunas, c’est repenser la relation entre leurs occupants, nus, et l’architecture environnante, qui doit leur procurer de la sérénité tout en protégeant leur pudeur. Trois architectes nous livrent ici une vision renouvelée de ces espaces de bien-être.

Normalement deux couches nous séparent du monde extérieur : nos vêtements et les murs du bâtiment autour de nous. Nus, il n’y a que l’architecture pour nous protéger du regard des autres et pour soulager notre pudeur : voilà une problématique particulière de l’architecture des spas, saunas, thermes et autres équipements de bien-être. En plus de respecter les contraintes d’hygiène et sécurité propres à ces lieux, elle doit nous aider à accepter notre état de nudité. Trois projets, au Brésil, au Canada et en Suisse, illustrent ces défis communs, avec des réponses pourtant très différentes.

Fazenda Boa Vista (Brésil)

Les architectes du monde entier repensent nos espaces bien-être

L’extérieur de la station thermale de Fazenda Boa Vista ne ressemble guère à un bâtiment. Il ressemble plus à une composition abstraite de plans, minces et allongés, placés l’un après l’autre, comme une partie d’un nouveau système de notation musicale inventée pour les dieux. Le spa a été conçu par l’architecte brésilien Isay Weinfeld, et fait partie d’un complexe résidentiel et hôtelier situé à Porto Feliz à une centaine de kilomètres de São Paulo. En plus du spa, Fazenda Boa Vista comprend des villas, un hôtel, un club pour enfants, un centre équestre, un centre sportif, un zoo pour enfants, des terrains de golf, des piscines et des forêts dans un paysage parsemé de lacs.

La construction, de faible hauteur, suit les contours de la terre ainsi que les limites de la forêt. A l’intérieur, elle se déroule dans une succession d’espaces de taille, d’éclairage et de texture différentes – le tout d’un blanc éclatant. Un blanc qui est évidemment le thème sous-jacent du projet; il incite à la paix, la tranquillité, la relaxation, l’hygiène et la pureté. Il crée une atmosphère sans distraction

Les couleurs ne sont finalement utilisées – avec parcimonie – que dans le spa : un jaune vif à la porte d’entrée principale, un bleu profond dans les mosaïques des piscines, et, bien sûr, diverses nuances de vert brillant dans les jardins et les bois entourant le bâtiment.

Bota Bota (Canada)

Les architectes du monde entier repensent nos espaces bien-être

Situé dans le Vieux-Port de Montréal au Canada, Bota Bota est le nouveau nom donné à un ferry réhabilité en spa flottant. C’est en 2008 que l’équipe de Sid Lee Architecture a été missionnée pour lui offrir une véritable réincarnation. Le spa a été achevé en 2011 et plonge désormais les visiteurs dans un monde multi sensoriel directement inspiré par l’environnement aquatique et la riche histoire du navire et son environnement urbain.

Travailler seulement avec la coque et la superstructure de l’ancien ferry-boat, le projet consistait à transformer les cinq niveaux du navire en une zone de réception, un café, des bains, des saunas et des salles de massage, avec beaucoup d’espaces pour se détendre et se relaxer. Le projet repose sur la fusion de plusieurs disciplines : architecture du bâtiment, architecture navale, design d’intérieur, design industriel, ainsi que la construction et de l’ingénierie navale. L’architecture navale nécessite un cadre conceptuel rigide afin d’assurer la stabilité et la flottabilité.

Les architectes du monde entier repensent nos espaces bien-être

En plus de la large gamme de soins offerts, l’expérience Bota Bota plonge les visiteurs dans un environnement jouant à la fois la lumière et l’obscurité. Sid Lee Architecture a décidé de créer un espace intérieur propice à l’introspection et un espace extérieur offrant des vues spectaculaires sur la ville depuis les ponts supérieurs. Plus les espaces sont proches de l’eau, plus ils sont sombres et intimes ; plus ils sont élevés, plus les vues sur le paysage urbain sont impressionnantes. Les espaces de relaxation et de soin sont presque entièrement noir ou gris très foncé, un schéma propre à suggérer aux utilisateurs de se lancer dans un voyage contemplatif. Les visiteurs qui entrent dans une salle de soins découvrent des murs sombres, des plafonds bas, un silence imposant et une vue filtrée à travers plusieurs hublots. Ils ne peuvent pas résister et se sentent comme dans un rêve éveillé.

Thermes Vals (Suisse)

Difficile de créer un lien intime entre un établissement thermal et ses environs. La conception des Thermes Vals en Suisse, par Peter Zumthor, a puisé son inspiration dans une carrière – une simple fosse dans le sol. Ce complexe spa a été construit autour d’un hôtel existant et est partiellement enfoncé dans la pente. Construire avec de la pierre, dans la pierre, à flanc de montagne – l’idée était irrésistible.

Le bâtiment du spa peut être regardé comme un monolithe de pierre creusé. Le résultat est une composition apparemment informelle des masses et des vides, de répétitions et de variations. Pour prolonger le thème de l’évidé, l’architecte a porté une attention particulière à l’articulation des bosses et des creux. La lumière pénètre par les fentes vitrées, caressant un mur ou délivrant une allusion séduisante à un espace adjacent. Avec pour résultat un continuum spatial, un espace de transition où l’eau peut couler, inviter le visiteur à passer d’un bain à l’autre ou de se promener à loisir.

Le complexe thermal de Zumthor emmène le visiteur bien au-delà du plaisir sensoriel des bains. Ingénieusement composé, la pierre et de l’eau s’unissent dans une ambiance qui agit sur tous les sens. Reflets de lumière et d’ombre, vapeur, ruissellement de l’eau des bassins débordants, chaleur des surfaces de pierre – tous ces facteurs contribuent à une expérience sensorielle élémentaire pour une réconciliation de l’esprit et du corps.

Les architectes du monde entier repensent nos espaces bien-être