Le cabinet Archigroup vient d’achever une crèche, dans un complexe municipal situé dans un paysage urbain préservé. Au menu des extérieurs, des matériaux écologiques et modernes. Et à l’intérieur, une évidence, le linoleum dont les vertus écologiques ne sont plus à démontrer.

« Une crèche, cela représente à la fois un projet en terre connue, car notre agence Archigroup a déjà plusieurs réalisations à son actif dans ce domaine. Mais aussi une réponse ad hoc aux desiderata exprimés par les maîtrises d’ouvrages, ainsi que par les médecins de PMI ». Jean-Philippe Charon, architecte DPLG et associé d’Archigroup, vient en particulier de livrer la crèche de Sainte-Foy les Lyon, dans la banlieue de la capitale Rhône-Alpine. « Ici, il s’agissait de réaliser un complexe comprenant également un cinéma, un centre social, une salle de délibérations ».archigroup-creche-cote-sols

S’intégrer dans le paysage urbain

« Nous avons répondu au concours en proposant un bâtiment peu élevé, parce qu’il fallait respecter un environnement très typé, avec par exemple une chapelle et un potager de ville à proximité. Pas question donc de choquer par des dimensions extravagantes ». Archigroup a donc joué « profil bas », c’est le cas de le dire, en prenant par exemple appui sur un mur de pierres existant. En revanche, l’imagination et la modernité ont pu s’exprimer dans le choix des formes – le toit, plat, est végétalisé – ou des matériaux de la façade par exemple – zinc, bois…

La partie crèche a bien entendu fait l’objet d’une attention particulière, à la fois en fonction de ses usages et de ses utilisateurs – une quarantaine d’enfants et le personnel encadrant. « Il faut tenir compte des exigences de sécurité, d’ergonomie, d’hygiène. Mais aussi de l’âge des bambins et du projet pédagogique ». Le dialogue avec les médecins s’avère donc essentiel, puisqu’au-delà des DTU et des règles s’appliquant aux ERP, le cahier des charges va dépendre des choix des praticiens, des recommandations des services techniques (nous sommes ici dans une crèche municipale) et bien sûr des budgets.

Quatre cent mètres carrés de linoleum

« Nous avons préconisé le linoleum, car c’est un produit marqué positivement sur le plan environnemental. Au-delà même des PVC, qui sont déjà très bien positionnés sur cet axe, car en plus, le linoleum est un produit naturel ». Quatre cent mètres carrés de Marmoleum Forbo ont donc été posés, dans des couleurs assez vives, à la fois pour marquer les différentes zones de la crèche (dortoirs, zone de changes, salles d’activités, réfectoire), et pour favoriser l’éveil des enfants.

creche-linoleum-cote-sols

Parmi les points forts du matériau, Jean-Philippe Charon relève sa grande pérennité, sa pose assez facile et un coût abordable, quoiqu’un peu plus élevé que celui des revêtements de sol PVC. La question des COV est également résolue avec ce produit qui émet très peu de composants volatils. « Le linoleum propose aussi un entretien facilité , ainsi qu’une bonne résistance à l’eau ». Son point faible ? « Il présente une surface un peu plus dure que les PVC, d’où des chutes potentiellement plus douloureuses sur le sol. L’argument est retournable d’ailleurs. Peut-être que les enfants tombent moins souvent par terre de ce fait ? ». Il n’y a certainement pas eu de catastrophe de ce côté puisqu’un an après la livraison, les occupants du lieu semblent apprécier ces aménagements qui représentent, il faut le souligner, un progrès très sensible par rapport aux précédents locaux, assez vétustes.