Le design des revêtements de sols pour l’environnement de la santé, c’est le métier de Ludovic Locquy et de son équipe, chez Forbo Flooring Systems. Il nous explique ici pourquoi les gammes proposées aux hôpitaux et autres EPHAD, doivent tenir compte de nombreuses contraintes techniques, esthétiques et fonctionnelles mais aussi des autres matériaux et accessoires utilisés dans l’architecture des bâtiments.

Le design des revêtements de sol, est un métier. Et c’est celui de l’équipe du Design Center de Forbo Reims, où sont conçues les gammes de produits en tenant compte des tendances… mais aussi des contraintes ou des besoins propres à chaque secteur. « Celui de la Santé est particulièrement typique de cette dualité et de cet équilibre à maintenir entre un design esthétique et un design fonctionnel » nous explique son manager, Ludovic Locquy.

Il faut d’ailleurs parler et proposer des solutions adaptées à, non pas un, mais deux environnements fort différents dans leurs objectifs, et donc leurs besoins. Celui des centres hospitaliers (hôpitaux, cliniques,…) propose des lieux de soins et des prises en charge temporaires. Les architectures et les aménagements intérieurs y sont conçus globalement, avec des exigences techniques (hygiène, poinçonnement, acoustique) particulièrement élevées. Les établissements pour personnes agées (EPHAD, maisons de retraites ou pour seniors…) offrent pour leur part des lieux d’accompagnement, de résidence et de vie. Ils ont des préoccupations marquées au niveau de l’utilisation des sols – pose, entretien, remplacement. Et les aménagements sont basés sur le bien être des résidents.

Un bien-être qui concerne notamment les pièces d’eau, en particulier les salles de bains, qui méritent à elles-seules une gamme dédiée : ce que Forbo propose avec l’offre Sarlibain, partie prenante (avec Chromatech et Materiotech) de son offre globale Techcare pour le secteur de la santé.

Continuité technique et harmonie coloristique

« La gamme Sarlibain propose une solution complète, avec un revêtement de sol aux propriétés d’anti-glissance élevées, un revêtement de mur, et un système d’évacuation de l’eau ». Mais au-delà de la performance technique, qui permet notamment de limiter les joints et donc les encrassements, l’autre enjeu majeur est de faciliter les combinaisons avec le revêtement de sol de la chambre. En effet, en milieu hospitalier, la salle de bains lui est contigüe, et la porte reste souvent ouverte. Il faut donc à la fois limiter les différences de niveau entre des revêtements à la structure et donc à l’épaisseur différente, afin de faciliter la circulation, par exemple des fauteuils roulants. Mais aussi éviter de trop grandes différences de coloris et de motifs entre les deux espaces.

« Notre choix n’est pas de proposer des motifs similaires dans les deux univers, mais plutôt des combinaisons de tons qui s’harmonisent » poursuit le designer. Le travail de la maîtrise d’ouvrage en est facilité, car elle n’est plus tenue de consulter plusieurs catalogues de produits pour choisir ses revêtements. « C’est plus qu’un détail, dans la mesure où les produits sont conçus différemment et parfois fabriqués sur des sites distants. En particulier pour la France, dont la réglementation et les normes sont parmi les plus exigeantes en Europe ».

Le design des revêtements de sol pour la Santé, une équation aux nombreux paramètres

Les accessoires ne sont pas accessoires dans le design !

Le monde de la santé se caractérise également par la présence dans les espaces privés ou communs, de nombreux accessoires de sécurité et/ou de commodité, par exemple des protections rigides au sol dans les couloirs ou des poignées de sécurité dans les salles d’eau. Fabriqués par des spécialistes, dans des tons qui leur sont propres, ils doivent également être intégrés à la réflexion des designers. « Nous devons éviter les rapprochements disharmonieux » souligne Ludovic Locquy. Un design œcuménique en quelque sorte !

D’autant que de nombreux chantiers sont en fait des réhabilitations, des rénovations, où la nouvelle offre va devoir s’adapter à une partie de l’existant, que la maîtrise d’ouvrage souhaite conserver. « C’est pourquoi nous travaillons sur les cercles chromatiques, avec des couleurs pratiques et logiques. Le monde de la santé n’est pas celui des couleurs « tendances ». Résultat dans la gamme Sarlibain, une large gamme de revêtements sol et mur, colorée mais naturelle. Et une attention particulière portée à la dimension signalétique des revêtements : « il faut que le produit renforce la perception des personnes déficientes sur le plan visuel, par exemple pour les aider à repérer un lavabo ou des toilettes ».

Les couleurs plus « accrocheuses » sont utilisées en milieu hospitalier, dans des chambres qui accueillent des personnes par essence de passage. Au contraire, « en EPHAD, les tons seront plus neutres, nous utilisons par exemple des décors bois dans les espaces résidentiels, ce qui renforce les similitudes avec des environnements familiers au résident, comme à la maison en quelque sorte. Les familles, les visiteurs sont également sensibles à ces ambiances, qui les déculpabilisent vis-à-vis de de leurs parents, par la qualité quasi-hôtelière de la prestation proposée ».