Newsletter :

Moins de bruit s’il vous plait : les sols souples répondent présents !

A la maison, dans un habitat collectif, comme au bureau, à l’hôpital, à l’école ou dans une résidence pour personnes âgées, nous avons tous un ennemi commun : le bruit. Véritable nuisance du monde moderne, il fait l’objet de toutes les attentions des autorités de santé. Et d’un certain nombre de réglementations, en fonction de la destination des locaux.

Les revêtements de sols participent à la lutte contre le bruit, sur deux axes : l’isolation aux bruits d’impacts (ceux que l’on entend à l’étage inférieur) et l’absorption acoustique (ceux que l’on entend dans le local où ils sont posés). Les méthodes de mesure sont normalisées :

  • Efficacité acoustique au bruit de choc (ΔLw) : elle correspond à l’affaiblissement acoustique (amortissement) sous le local d’émission du bruit. Elle s’exprime en décibels. Plus elle est élevée, meilleure est la performance du produit. Dans le cas d’un revêtement de sol, cette performance est combinée à celle de la dalle séparant les deux étages pour l’obtention du résultat final. Ainsi, lorsque les normes de construction exigent un niveau de pression acoustique maximum, il convient de considérer qu’une dalle en béton transmet au local inférieur une pression dont il faut retrancher l’efficacité acoustique mesurée du revêtement de sol. A titre d’exemple, pour un logement qui ne doit pas supporter une pression supérieure à 58 dB, si la dalle de 20 cm d’épaisseur délivre un niveau de pression acoustique de 70 dB, il faut que le revêtement de sol présente une efficacité acoustique au bruit de choc, au moins supérieure à 12 dB.
  • Sonorité à la marche ( L n,e,w) : sa mesure porte sur la capacité d’un revêtement de sol à réduire le bruit de choc dans le local où il est posé. La valeur obtenue, L n,e,w détermine un classement du revêtement, de A à D. Les sols vinyles sur mousse, expansés à relief, et les textiles compacts, présentent les meilleures performances, avec une valeur L n,e,w inférieure à 65 dB (Classe A). Les sols résilients hétérogènes et homogènes compacts appartiennent à la classe B (entre 65 et 75 dB). Dans tous les cas, les sols souples amortissent bien mieux les bruits que les carrelages (Classe C) ou les parquets flottants par exemple (Classe D).

Une réglementation exigeante, des réponses positives des sols résilients

Les efforts des fabricants de sols PVC concernant les performances acoustiques de leurs produits leur permettent aujourd’hui de répondre aux exigences de la réglementation. Par exemple, dans le logement social ou les ERP (établissements recevant du public), la certification NF-UPEC.A+, en vigueur depuis le 1er janvier 2010, exige un seuil minimum de 15 dB pour l’efficacité acoustique aux bruits de choc, et une sonorité à la marche inférieure à 65 dB.

Les excellents résultats des sols PVC dits acoustiques sont dus à la présence d’une structure de mousse alvéolaire, dont l’épaisseur et la composition nourrissent les performances acoustiques. Il est également très important que ces résultats ne s’obtiennent pas au détriment de la résistance au poinçonnement, ce que les fabricants obtiennent en incluant dans leurs produits, sous la couche d’usure, une couche (éventuellement double) compacte renforcée par une armature en voile de verre.

En complément des sols PVC, des sous-couches acoustiques, composées de voile de verre imprégné de résine synthétique et d’un envers en mousse chimique, permettent encore d’accroître la performance de l’ensemble.

Des tests effectués en permanence

Les fabricants de sols souples accordent une attention soutenue à la résolution des problématiques acoustiques de leurs clients. Leurs produits font l’objet de tests exigeants. Forbo a par exemple créé, dès 2005, un laboratoire entièrement dédié à ces mesures de performances, en partenariat avec le CSTB. De quoi répondre efficacement aux demandes de tous les maîtres d’œuvre, au moment du choix de la meilleure solution pour leur client.

A retenir

  • Les performances acoustiques des revêtements de sol jouent un rôle important dans la protection des logements ou des bureaux contre les nuisances sonores.
  • La mesure des performances portent sur la pression acoustique enregistrée sous la pièce où se situe l’impact (efficacité acoustique au bruit de choc) et dans la pièce elle-même (sonorité à la marche).
  • Les sols PVC, en particulier les sols PVC acoustiques, appartiennent aux deux meilleures classes (A et B) pour la sonorité à la marche. Concernant l’efficacité acoustique, ils contribuent à atténuer de 15 dB jusqu’à 19 voire 20 dB, la pression acoustique sous la pièce.