L’espace tisanerie – ou cafet, ou coin jeux ou coin détente – est incontournable dans les entreprises. Lieu de vie essentiel – comme l’a montré admirablement la série TV Caméra Café –, il mérite l’attention des architectes d’intérieur, notamment au niveau des sols. Car une bonne différenciation, par exemple avec des couleurs ludiques, renforcent l’attractivité respective des deux types d’espace : aux espaces communs la couleur et le fun, aux bureaux individuels et aux open-spaces, les teints plus « calmes ».

Combien de temps y passons-nous ? Aucune étude ne le dit vraiment, et quand bien même la fréquentation de ces lieux de convivialité, qu’ils s’appellent coins partagés, coins cafet ou encore – de plus en plus dans les sociétés plus récentes – coins jeux, irait en augmentant, que pourrait signifier cette statistique ? Que les salariés préfèrent se détendre plutôt que travailler ? Ou qu’ils recherchent une occasion différente de côtoyer leurs collègues, donc qu’ils les apprécient et qu’ils forment de bonnes équipes… pour le plus grand bien de l’entreprise. Il y a sans doute beaucoup à dire et les scénaristes de la célébrissime série TV Caméra Café ne s’y sont pas trompés.

Mais, heureusement, ces considérations ne bloquent pas les chantiers. Et les maîtrises d’ouvrage ne se posent pas de question : elles savent qu’il faudra des espaces communs (rebaptisés « tisaneries »), à côté des bureaux individuels ou des open spaces. « Le problème posé est plutôt celui de la délimitation de ces deux univers, au niveau des sols » explique Marie Chorro, chef de segment secteur privé (Bureaux – Commerces – Hôtellerie et Loisirs) chez Forbo. « La tendance actuelle sera de jouer des teintes relaxantes, neutres, naturelles, avec souvent des gris, pour les seconds. Tandis que les premiers pourront bénéficier de couleurs plus ludiques. La différenciation marquée (zoning, NDLR) permet d’ailleurs d’utiliser le revêtement de sol comme un repère, une signalétique ».

Dans les tisaneries… faites ce qui vous plait

Les démarches environnementales HQE poussent aussi dans ce sens. En effet, la recherche de coefficients de réflexion lumineuse (LRV) optimisés dans les bureaux, incite les architectes d’intérieur à choisir des coloris clair. Cette contrainte est moins forte sur les espaces communs, qui présentent des surfaces moins importantes.

Chez Forbo, la réponse à ces contraintes s’appelle Allura Flex : des planches techniques LVT en PVC compact, proposées en format 50×50 cm, avec quatre coloris qualifiés de flashies par Marie Chorro. En l’occurrence, un rouge vif, un vert anis, un turquoise et un orange.

Leur attractivité visuelle n’affecte pas leurs performances techniques, au contraire. « En particulier, au niveau de l’entretien, elles offrent toutes les facilités de nettoyage connues pour les sols PVC. De plus, elles peuvent facilement être changées individuellement en cas de tâches récalcitrantes, car elles bénéficient d’une pose libre, avec juste une colle poissée de type Post-it. Cette faculté sert également lors de poses sur des sols surélevés pour laisser passer des câbles techniques. Il est alors très facile d’accéder à ces espaces pour des opérations de maintenance, en enlevant momentanément une ou plusieurs dalles ».

Des combinaisons de coloris et de sensations à l’infini ou presque

La collection Allura Flex comporte de nombreux autres coloris, allant du bois au métal, avec toujours des qualités techniques – notamment au niveau du confort acoustique à la marche avec 14 dB – qui proposent des combinaisons esthétiquement différenciées mais avec une grande homogénéité d’ambiance feutrée. « Il est également possible de l’associer à d’autres produits, comme les dalles textiles tuftées Tessera ou les dalles textiles lavables Flotex. Avec des calepinages originaux qui permettront aux architectes d’offrir à la fois une grande originalité visuelle des sols, mais aussi de faciliter les opérations de pose comme de maintenance, puisque tous ces produits existent en version plombante amovible ».