Newsletter :

Du linoleum aux sols PVC, 150 ans d’histoire

Inventé en 1863, le linoleum a connu son apogée dans les années 1940, avant d’être concurrencé par des sols PVC moins coûteux, plus esthétiques et aux performances mécaniques, chimiques ou électriques remarquables. Mais le bon vieux lino n’a pas dit son dernier mot. Ses vertus écologiques lui assurent un regain d’intérêt notable depuis quelques années.

Le linoleum, qui s’écrit aussi linoléum ou, en raccourci, lino, est un revêtement de sol constitué de toile de jute imperméabilisée par application d’huile de lin et de poudre de bois ou de liège. Des pigments sont ajoutés pour obtenir les tons et motifs souhaités.

Le Linoleum est le plus ancien des sols souples dits résilients, famille à laquelle appartiennent également les sols PVC et le Balatum. Breveté en 1863 par l’écossais Frederick Walton, il résulte de recherches menées notamment en Angleterre dès le début du 19ème siècle pour obtenir un revêtement de sol répondant à la fois aux exigences de l’hygiène, du confort et de l’esthétique, sous le nom de « Varnished Oils » (huiles vernies en français).

La contribution décisive de Watson fut de remplacer le caoutchouc utilisé jusqu’alors, par de l’huile de lin oxydée pour obtenir une masse souple et gommeuse, d’où le nom de Linoleum qu’il donna à son invention.

Le Linoleum connaîtra son apogée dans les années 1940. Il doit son succès tant à la variété de ses couleurs et de ses dessins incrustés, qu’à ses qualités hygiéniques – notamment son pouvoir bactéricide – et son entretien facile, qui ont accéléré son adoption, aussi bien dans les bâtiments publics (zones de fort passage) que pour des usages domestiques (dans les cuisines notamment). Autres avantages reconnus, une surface parfaitement homogène, son élasticité, sa sonorité. L’histoire retiendra aussi qu’il a été très utilisé sur les vaisseaux de guerre, au point qu’est née l’expression linoleum de cuirassé, ce qui n’était pas sans évoquer sa solidité !

A partir des années 1950, la concurrence des sols PVC entame la suprématie du linoleum. Rappelons que ce matériau de synthèse, découvert en 1835 par le physicien français Victor Regnault, est issu du sel à 57% et de dérivés du pétrole à 43%.

Plus faciles et donc moins coûteux à fabriquer, les sols PVC bénéficient aussi des qualités intrinsèques de ce matériau, à savoir :

  • Une durabilité reconnue, avec une durée de vie moyenne de 30 ans dans les établissements de santé par exemple. Ceci est du à la modularité des couches d’usure, plus ou moins épaisses et denses selon les besoins, qui leur confère une excellente résistance au trafic. Les sols PVC sont également très résistants aux rayures et aux taches.
  • Résistance au Poinçonnement et isolation acoustique
  • Une grande créativité possible au niveau des coloris, des styles, des matières et des effets. Ils supportent également des incrustations (de granulés, de perles, de paillettes ou de particules luminescentes).
  • 100% recyclables, car thermoplastiques. Ils sont recyclés dans la filière de collecte et de recyclage du SFEC.
  • Une haute technicité : Les sols PVC répondent à des problématiques techniques grâce à leurs différentes propriétés : conduction électrique pour les salles informatiques, les laboratoires ou les blocs-opératoires, performances acoustiques pour l’habitat ou les bureaux, qualités bactériostatiques et fongistatiques pour les bâtiments hospitaliers, de l’enseignement ou du logement, propriétés anti-dérapantes pour les pièces humides, résistance au poinçonnement pour un usage industriel.
  • Entretien facile et économique : Les sols PVC sont réputés pour préserver la qualité sanitaire des locaux. Imputrescibles, ils sont insensibles aux acariens, aux moisissures et aux champignons. Leur surface lisse et imperméable facilite l’entretien hygiénique du sol et leur traitement de surface en usine évite les métallisations et les décapages périodiques. Ce qui réduit significativement les produits d’entretien permettant ainsi des économies de ressources et financières.

A retenir

  • Le linoleum est né en 1863
  • Il a connu son apogée dans les années 1940, aussi bien dans l’habitat que dans les bureaux, les salles de spectacles et même les cuirassés !
  • A partir de 1950, les sols PVC l’ont progressivement complété, car moins chers, plus esthétiques, recyclables et avec de nombreuses propriétés mécaniques, chimiques et même électriques.
  • Le linoleum revient à la mode aujourd’hui, grâce à ses vertus écologiques liées à une composition à 97% de matières premières recyclables et naturelles – et même plus dans certaines gammes.