Newsletter :

Maisons intelligentes, du plafond jusqu’au sol ?

La vague de la domotique – gestion de l’énergie, de la sécurité des habitants et des biens – se nourrit de la multiplication des objets connectés. Même les revêtements de sols deviennent intelligents. Mais attention au surenchérissement des prix de la construction ! Mieux vaut installer des sols… intelligemment !

Depuis plus de trente ans qu’on nous la promettait, la vague de la domotique semble bel et bien là. Grâce à la multiplication des objets connectés dans nos maisons, il est désormais possible d’optimiser la gestion de son énergie en réglant les systèmes de chauffage à distance, ou en surveillant, via son smartphone, la consommation en temps réel de chaque appareil électro-ménager ; Mais aussi de surveiller les éventuelles intrusions grâce à des caméras ou des détecteurs de présence, de commander des ouvertures de portes – ou plutôt de sas sécurisés – pour des livraisons en notre absence, ou encore de se faire couler un bon bain chaud avant d’arriver à la maison….

L’imagination est au pouvoir et les journalistes se rendant au CES de Las Vegas, tous les ans, ne sont pas avares de superlatifs lorsqu’ils traitent le sujet, tel Jérôme Colombain de Radio France qui signalait en novembre dernier un nouveau système de fermeture automatique des fenêtres au-delà d’un certain seuil de pollution (chez Netatmo-Velux).

maison-connectee

Les grands acteurs du numérique se frottent déjà les mains : Google, Apple, et surtout Amazon dont le système de commande vocal Amazon Echo permet une interopérabilité « plug and play » pour n’importe quel objet connecté dans la maison.

La vague atteint les sols

Rien d’étonnant dans ce contexte à ce que certains fabricants de sols réfléchissent à l’intégration d’objets connectés à leurs produits. Le français Tarkett a tiré le premier avec son produit Florinmotion, destiné aux EHPAD : en effet, ses capteurs sont capables de détecter des chutes et d’en alerter immédiatement le centre de surveillance. D’autres produits permettent également, de réagir à la pression des pieds de la personne se déplaçant et de dessiner un chemin lumineux au niveau des plinthes du local dans l’obscurité.

Ces innovations ont bénéficié d’une belle couverture médiatique mais pourtant, des questions demeurent, comme celle de l’intégration des objets connectés dans la structure même du sol, ce qui ne facilite pas leur maintenance ou leurs montées de version. L’arrivée de solutions en pose libre toujours plus nombreuses, avec des objets devenant du coup beaucoup plus accessibles, va lever cette contrainte.

Restera aussi à leur trouver une place dans les systèmes de captures d’informations qui se mettent en place, souligne Christine Taupiac de Forbo. « De nombreux autres outils existent, comme les caméras, les détecteurs de déplacements ou encore les microphones, qui permettent de capter plus de renseignements, par exemple sur la manière dont la personne se déplace, sur la régularité de son activité, la qualité de sa respiration… »

Les revêtements PVC acteurs de la maison connectée et intelligente

Pour autant, les revêtements de sols ont un beau rôle à jouer dans l’émergence d’immeubles et de maisons plus faciles à construire – grâce notamment au BIM -, plus faciles à maintenir et à surveiller également.

En particulier, les logements modernes mettent une telle priorité sur les économies d’énergie que leur isolation, très performante, a tendance à les transformer en « tupperware » avec des effets très négatifs sur la qualité de l’air ambiant. La ventilation intelligente devient donc un enjeu crucial –gestion des ouvertures – mais aussi la réduction des émissions de polluants. Un challenge parfaitement compris par les fabricants de sols PVC qui ont considérablement réduit la production de COV par leurs produits.

Enfin, la révolution de la maison intelligente est aussi celle de nos modes de vie et notamment de consommation. Le coût de la construction a considérablement augmenté ces dernières années (+10% en France entre 2011 et 2016, source Forumconstruire.com). Et l’ajout de nombreux objets connectés ne devrait pas inverser la tendance. Il va donc falloir trouver de nouvelles solutions pour permettre l’accès au logement du plus grand nombre. Parmi celles-ci, le paiement à l’usage de certains composants du logement offre une piste qu’explorent déjà plusieurs spécialistes de la location d’objets de décoration ou d’électro-ménager. Pourquoi ne pas imaginer, dans un futur proche, que le phénomène touche également nos revêtements de sols ?