Ces cinq dernières années (2008-2012), la part de marché des sols résilients (ou souples) a continué d’augmenter pour atteindre 25% des ventes totales de revêtements de sol intérieurs. Et les prévisions restent du même optimisme, au moins jusqu’en 2017.

La statistique amusera-t-elle ? Toujours est-t-il que, d’après les calculs du SFEC – syndicat français des enducteurs calendreurs , nous ne pouvons plus ignorer qu’un français déploie en moyenne 3 m2 de moquette, de carrelage, de parquet ou encore de sols dits résilients ou souples, c’est-à-dire soit du PVC, du linoleum ou encore du caoutchouc.

Les sols résilients résistent bien aux tensions… économiques

C’est en effet 201 millions de m2 qui ont été commercialisés au total sur le marché hexagonal en 2012, en légère régression sur 2011 (moins 4%). Cette contraction, venant après une assez bonne année 2011, est bien sûr imputable au climat économique tendu depuis la crise financière de 2008 qui a conduit le secteur des revêtements de sol intérieurs à enregistrer sur 5 ans, globalement, une quasi-stagnation de ses volumes vendus.

Ce résultat plutôt positif devrait se prolonger jusqu’en 2017 si l’on en croit les experts qui relèvent plusieurs tendances de fond pour soutenir les ventes :

  • Une orientation positive (sur le long terme) de l’activité d’entretien-rénovation de logements dans le secteur public (Habitat social)
  • L’intérêt des ménages pour la décoration, une tendance au cocooning et au « confort/repli chez soi »
  • L’exploitation de la thématique « Habitat/Déco » par les médias
  • Le poids croissant de l’immobilier dans le patrimoine des ménages propriétaires
  • Le dynamisme de l’offre : design, décors, coloris, multiplicité des formats avec en particulier une forte croissance du segment LVT (Luxury Vinyl Title, sols PVC décoratifs)
  • Plan de conception et de rénovation des EHPAD

Parmi les différents types de revêtements, sur la période 2008-2012, deux familles gagnent du terrain et donc, des parts de marchés : les sols stratifiés et les sols résilients, ces derniers atteignant désormais 22,3 % des volumes vendus (47,8 millions de m2 selon le SFEC)

Le secteur professionnel (bâtiment) se montre de plus en plus séduit par les facilités offertes par ces sols résilients. Ils représenteraient aujourd’hui 56% de la consommation contre 44% pour le grand public. Un grand public qui continue, très majoritairement, d’affecter ces sols résilients à ses projets d’entretien et de rénovation (85%), une proportion plus faible dans le secteur du bâtiment (56%), ce qui s’explique naturellement par les constructions neuves mises en chantier sous sa responsabilité.

Des tendances positives à long terme

Les différents observateurs ont également analysé les tendances de fond du marché des sols souples

  • Le secteur grand public reste principalement consommateur de sols PVC en rouleau (81% de leurs achats) et en lattes/dalles (14%). Mais ces dernières enregistrent une progression continue de leurs ventes.
  • Le bâtiment est plus diversifié dans sa consommation, qui reste néanmoins dominée par le PVC hétérogène acoustique (70%) pour satisfaire aux exigences de la réglementation française. Mais il voit, par exemple, le linoleum atteindre 6% de parts de marché.
  • La santé (26%), l’éducation (15%) et l’immobilier résidentiel (avec 9% pour la promotion privée et 34% pour l’habitat social) sont les principaux consommateurs de sols souples.
  • Le taux de pénétration des sols PVC atteint 80 à 90% dans le secteur social, où ce type de revêtement est plébiscité pour son caractère économique (coût de fourniture et de pose réduit par rapport au carrelage, par exemple) et ses différentes performances techniques (durabilité, entretien facilité, résistance aux tâches, etc).
  • Le principal secteur utilisateur de linoleum reste, de loin, celui de l’éducation (crèches, écoles, collèges, lycées, etc). Les secteurs de la culture et des loisirs, et des bureaux/administrations comptent également pour une part significative des volumes écoulés (3% des sols résilients, environ 1,5 million de m2 par an).
  • Les principaux secteurs utilisateurs des sols caoutchouc sont les secteurs de la santé, de l’éducation et les parties communes d’immeubles d’appartements (couloirs, escaliers). Il se vend environ 1 million de m2 de sols en caoutchouc par an, ce qui représente 2% de parts de marché dans les sols résilients.