Recycler, notamment le PVC, est devenu une priorité. Les fabricants s’organisent pour industrialiser la collecte et les procédés de transformation. Tandis que les chercheurs imaginent chaque jour de nouvelles solutions pour résorber les quantités de déchets produites par nos sociétés.

Le passage à l’économie circulaire bouleverse la filière recyclage. Trois grandes thématiques émergent aujourd’hui : l’augmentation des volumes de matériaux traités, l’amélioration du taux de réutilisation des matériaux recyclés (on parle alors de matériaux secondaires) et enfin, l’innovation technologique qui permet d’envisager de nouveaux procédés de revalorisation d’un côté, et de réutilisation de l’autre.

L’exemple de la filière PVC, qui concerne notamment les fabricants de sols souples utilisant ce produit dérivé du pétrole, est significatif du mouvement engagé. Selon une étude du programme européen Vinylplus, près de 740 000 tonnes de PVC ont été recyclées en 2018, dont 105 517 tonnes en France, soit une croissance de + 15,6% par rapport à 2017 au niveau européen et de 50 % en France !). Alors que les contraintes réglementaires s’accentuent sur le secteur des plastiques, ces chiffres témoignent de la mobilisation de la filière en faveur du développement durable.

Lancé en 2011, le plan Vinylplus souhaite atteindre les 900 000 tonnes de PVC recyclées en 2025, soit 9% au moins des 10 millions de tonnes de plastiques à recycler, tous plastiques confondus. Le plan concerne en priorité les fabricants de tubes et raccords, fenêtres et revêtements de sols PVC. En France, tous se sont engagés dès juillet 2018 à accroître les utilisations de PVC recyclé d’ici 2025. Chez Forbo Flooring Systems, ce taux de matière recyclée entrant dans la composition des produits atteint 25% en moyenne.

L’objectif de tous les industriels est de trouver les meilleures réponses technologiques et logistiques aux enjeux du recyclage et de la réutilisation. Ils peuvent compter pour cela sur le dynamisme d’une filière que le passage souhaité à une économie de plus en plus circulaire, dynamise fortement. Pour preuve ces quelques exemples d’innovations qui transformeront peut-être, notre rapport au cycle de vie des matériaux :

Exemple n°1 : une enzyme qui mange le plastique dans les océans

Des chercheurs américains ont mis au point une enzyme capable de digérer certains plastiques notamment ceux en polyéthylène téréphtalate (PET), parmi les principaux responsables de la pollution des fonds marins. Ils ont été inspirés dans leur démarche par l’observation d’une enzyme naturelle la « PETase », qui aurait évolué dans un centre de recyclage des déchets au Japon et qui s’y est mise à dégrader le plastique en le digérant ! Les chercheurs travaillent désormais sur l’amélioration de cette enzyme afin qu’elle puisse être utilisée industriellement pour décomposer les plastiques rapidement.

Exemple N° 2 : un ecodesign lab pour innover au service de l’économie circulaire

La filière recyclage est attendue au tournant de l’emploi, avec des perspectives intéressantes de création de postes pour tous les niveaux de formation (jusqu’à 300 000 estimés à l’horizon 2030). Les collectivités territoriales sont particulièrement intéressées par ces emplois, qui ne seront pas facilement délocalisés.

Certaines ont pris les devants en imaginant des espaces de brainstorming autour du recyclage et de la réutilisation de matériaux. C’est le cas dans cette ancienne usine de Montreuil, transformée en Ecodesign Lab. Un exemple à suivre ?

Exemple 3 : les déchets de PVC transformés en matières premières

Sur le site Découvrir le PVC, les industriels de cette filière expliquent que « après un recyclage mécanique par broyage, granulation et/ou micronisation, les pastilles ou poudres obtenues sont fondues pour donner vie à de nouveaux objets, soit dans la même application, soit dans une autre application ». Ils donnent l’exemple des châssis de fenêtres PVC qui peuvent, après tri et recyclage, être réutilisés pour la production de tuyaux ou de nouvelles fenêtres. Ces pastilles servent également à la fabrication de canalisations, meubles de jardin, films rigides. Quant à la poudre de PVC, elle réapparait dans de nouveaux revêtements de sol, des cônes de signalisation ou encore des tuyaux flexibles. Décidément l’expression « rien ne se perd » a de beaux jours devant elle….