Le salon Equip’Hôtel, qui vient de fermer ses portes en novembre à Paris, a confirmé l’intérêt des designers pour les LVT et les revêtements de sols personnalisables. La pose non collée a également le vent en poupe, alors que le rythme de renouvellement des décorations tend à s’accélérer. Et les ambiances « High Tech » font florès, pour favoriser l’évasion en déplacement, tout en maintenant le contact avec la famille... ou le bureau.

« Un bon salon ». L’avis de Ludovic Hamet, responsable des comptes stratégiques H&L chez Forbo, a le mérite de la sobriété. Pour le nourrir, la multiplication des contacts professionnels lors de ce rendez-vous bi-annuel (plus de 105 000 visiteurs revendiqués par les organisateurs), mais aussi l’intérêt renouvelé des architectes pour les revêtements de sols souples. « Les solutions en pose non collée, avec notamment tous les produits LVT, ont clairement le vent en poupe. Nous avons également enregistré un regain d’intérêt pour notre gamme Flotex de textile floqué. Les décorateurs d’intérieur sont friands de solutions qui leur permettent de signer leurs réalisations ». Or le produit de Forbo permet de reproduire tous les motifs désirés : « nous venons par exemple de réaliser une imitation de sols pavés parisiens, qui reproduit jusqu’aux mousses entre les pierres, pour le compte d’un hôtel de La Rochelle ».

Les responsables d’hôtels indépendants s’intéressent également aux revêtements de sols souples, préoccupés qu’ils sont par les enjeux de nettoyabilité ou de durée de vie. « Dans les grandes chaînes, la tendance est également positive : elles jouent clairement la carte des ambiances life style, mais cela implique des renouvellements plus fréquents de l’ensemble de la décoration, sols compris. ». Ludovic Hamet explique ainsi que la durée de vie moyenne d’un mobilier est passée de 7 à 5 ans. Dans ces conditions, le recours à la pose non collée, limite considérablement les temps d’indisponibilité des chambres comme des circulations ou des espaces de réception.

Ambiance techno pour un dépaysement en douceur

Autre regard sur Equip’Hôtel, avec Fanny Gay, senior designer pour le fabricant rémois : « J’y trouve l’occasion de découvrir les regards innovants des architectes d’intérieur, notamment grâce à des mises en scène proposées en plusieurs endroits du salon ».

Cette année, la tendance techno se révèle particulièrement forte. « L’hyper-connectivité est à la mode, le nomadisme aussi. La chambre d’hôtel doit aujourd’hui proposer à la fois un dépaysement, et en même temps permettre de recréer une bulle rassurante, quant on se trouve loin de la maison, des siens ou des collègues de bureau ».

studio16_-_in_the_room_-_copyright_bureau_de_style_elizabeth_leriche1

Place donc aux solutions de communications, avec force connexions haut débit, ou docks pour brancher les appareils high tech. Côté déco, les revêtements de sols permettent, au choix du designer, de renforcer le message du décorateur avec des motifs personnalisés et originaux (on parle alors de bespoke, ou de fait sur mesure dans ce cas). Ou au contraire de reposer le regard, en proposant des tons plus neutres, tandis que la différenciation se fait au travers d’éléments de mobilier ou des luminaires, plus faciles à faire évoluer dans le temps. Les salles de bains ou encore la literie font également l’objet de beaucoup d’efforts pour apporter, là-encore, un dépaysement bienvenu mais toujours confortable.

Des espaces de réception toujours plus accueillants

Les architectes prêtent également toute leur attention aux espaces de réceptions (Lobby, salles de réunion, restaurants). « En particulier, le lobby devient un véritable espace à vivre, où le client peut à la fois s’isoler pour travailler, retrouver des collègues et préparer une réunion, ou encore donner rendez-vous à ses amis ».

Les revêtements de sols souples sont de précieux auxiliaires pour les décorateurs, car ils facilitent le zoning des espaces, et donnent facilement une forte personnalité aux différents modules, jusque près du feu de cheminée qui crépite dans un coin de la réception.

Le prochain salon, dans deux ans, confirmera sans doute les tendances entrevues lors de cette édition 2016. En attendant, rien ne nous empêche, dès maintenant, d’aller les vérifier lors de nos prochains séjours hôteliers.