Présents sur le premier salon mondial consacré à la distribution et ses partenaires, les cent mille visiteurs d’Euroshop, en février à Düsselforf (Allemagne) ont pu constater le dynamisme des fabricants, y compris de sols, en réponse à leurs attentes de différenciation, de retour au naturel, et d’éco-responsabilité.

Leader mondial de la spécialité, le salon Euroshop, destiné aux professionnels de la distribution et à leurs partenaires, s’est tenu du 16 au 20 février dernier à Düsseldorf en Allemagne. Un franc succès pour cette édition – le salon se tient tous les trois ans -, puisque 109 000 visiteurs (venus de 110 pays, en Europe et au-delà) se sont pressés dans ses allées, à la recherche de solutions technologiques et/ou d’agencement pour leurs magasins. Car face à la montée du e-commerce et ses parts de marché grandissantes, la résistance du commerce « physique » s’organise. C’est même l’un des principaux enseignements d’Euroshop 2014 : les tenants du commerce « traditionnel » ne baissent pas les bras et continuent d’investir pour rendre leurs boutiques toujours plus séduisantes.

Le salon, qui accueille plus de 2000 exposants, est divisé en quatre parties, l’espace EuroConcept se consacrant en particulier à l’agencement de magasin, l’architecture et le design intérieur, l’éclairage. Les organisateurs ont retenu deux tendances fortes : d’une part, « la mise en scène et le besoin d’émotion liés au shopping vont grandissant, portés notamment par des conceptions spectaculaires de magasins, des dispositifs innovants d’éclairage, des designs créatifs et des matériaux exceptionnels avec lesquels la distribution physique peut se différencier, et recréer de l’attractivité face au e-commerce ». D’autre part, l’omniprésence du thème multicanal, avec l’intégration et la connexion des différents canaux – magasin physique, web, mobile – et les dernières technologies afférentes.

if

Les matériaux véhiculent l’émotion.

Ce désir d’offrir une ambiance spécifique dans sa boutique révèle l’intention de se démarquer de la concurrence. Les commerçants veulent donc plus d’originalité dans l’agencement des magasins et surprendre le client par le design et/ou l’innovation : « Cela passe par les matérieux utilisés (le végétal par exemple) et, plus généralement, les matériaux naturels, ainsi que les motifs nouveaux » explique Klaus Monhoff du groupe autrichien Egger, qui présentait justement de nouveaux motifs d’impression numérique délivrant des matérialités et des configurations naturelles. Cependant, relève la designeuse Nina Freund, « les produits retenus ne doivent pas seulement être originaux, il leur faut aussi se montrer résistants dans la durée et faciles d’entretien.

Les fabricants de sols PVC répondent évidemment point par point à ce cahier des charges, avec en sus un rapport qualité/prix très performant. Ils contribuent à ce que le choix des matériaux pour l’agencement des magasins n’ait jamais été aussi varié : une gamme de tendances qui va du naturel au futurisme. « Le thème nature reste une grande tendance » relève David Segger, directeur commercial de Kreos. C’est parce que, « à l’opposé de notre époque technicisée et du monde virtuel de l’interne, grandit la nostalgie de l’authentique », analyse Nicole Lepper chez Moysig Retail Design. Parmi les matériaux appréciés, le bois (vieux), les métaux, les pierres et le cuir.

Des matériaux que l’on retrouvent généralement déclinés au catalogue des fournisseurs de sols souples. Leurs produits, faciles à poser et à coordonner, répondent aussi à une autre mode : « le jeu des contrastes et des associations de contraires sont très tendances », explique ainsi Nina Freund. « Il s’agit de jouer avec nos habitudes visuelles, par exemple en posant des revêtements de sol classiques au plafond, ou en recouvrant les murs, les plafonds et les sols d’une pièce avec un même parquet », précise Karl Schiwtzke, DG du bureau de Style Schwitzke and Partner. Lequel met tout de même une limite à l’imagination : « les matériaux doivent être utilisés pour dire quelque chose et pour marquer la philosophie de l’entreprise ». On peut y inclure son éco-responsabilité, un thème qui continue de progresser, avec des préoccupations sur l’utilisation des matériaux renouvelables et des produits recyclés, le renoncement aux substances dangereuses pour la santé et l’environnement – des directions prises depuis plusieurs années par l’industrie du sols PVC.

La bonne nouvelle reste tout de même que le commerce continue de dépenser pour ses magasins : « Le total des investissements du commerce en réfection, transformations, nouvelles constructions, s’est élevé en 2013 à 6,8 milliards d’euros, atteignant un niveau record. En prenant seulement en compte l’agencement des nouveaux magasins, les enseignes de la distribution ont investi l’année dernière 1,75 milliard d’euros soit 25 % de plus qu’en 2010. » Le prochain EuroShop aura lieu du 5 au 9 mars 2017.