Les sols souples ont leur place dans le résidentiel de style, grâce à un bon rapport qualité/esthétique/prix. Exemple avec la réhabilitation du Palatino, un IGH parisien qui accueillera prochainement des étudiants d’une part, des accédants à la propriété d’ ‘autre part.

Un ensemble de 527 logements, dont 214 en accession à la propriété, et les 343 autres destinés à une résidence étudiante. C’est le projet, qui sort de l’ordinaire par son ampleur, de réhabilitation de l’IGH Palatino, une tour construite dans les années 70 au cœur du 13ème arrondissement de Paris.

« Dès le départ, il y avait un enjeu de taille : sortir de l’à priori négatif qui entoure ces IGH, souvent destinés aux HLM » explique Patricia Laurenza, spécialiste des aménagements intérieurs, qui intervient sur le projet avec le cabinet Eric Chabeur, son maître d’œuvre (*). « Il fallait sortir des constructions habituelles, avec leurs façades en béton et l’emploi de couleurs primaires pour les intérieurs ».

L’architecte a donc fait le choix de casser la verticalité du bâtiment, en ajoutant des cassettes qui lui confèrent des lignes plus horizontales. Il joue aussi sur des ajouts de parements métalliques qui vont refléter différemment les rayons du soleil, en fonction des heures de la journée, et favoriser de grandes échappées vers le ciel.

« Traduire l’ambition de l’architecte dans les aménagements intérieurs, c’était, en particulier reprendre les couleurs et les tonalités métallisées de la façade. Ce qui a donné des plafonds foncés, l’abandon des murs tout blancs qui caractérisent parfois ces bâtiments ». Et au niveau des sols, une recherche de gammes qui répondent à la fois aux contraintes économiques, techniques et esthétiques.

De fait, sur ce type de projet, les deux premières pèsent lourd. « Il faut à la fois tenir les budgets et, par exemple sur le plan acoustique, respecter les normes UPEC à la lettre ». Mais l’appel à une spécialiste de la décoration traduit une ambition supplémentaire, souligne Patricia Laurenza. « En m’attelant à la question des sols, je me suis vite aperçu que les sols PVC allaient pouvoir nous aider à résoudre l’équation, en particulier dans la partie résidence étudiante, grâce à leur rapport qualité/prix/esthétique ».

Réhabiliter les sols souples… dans ce projet de réhabilitation

En particulier, le choix de tons gris (anthracite pour les nez de marche dans les escaliers, foncé pour les salles de bains, en imitation parquet pour les salles de restaurant, ou encore avec de fines rayures blanches pour les parties communes), mais également beiges pour les salles de réunion par exemple, renforce la cohérence entre l’intérieur et l’extérieur.

Dans des gammes que certains fabricants qualifient de nordiques, Patricia Laurenza dit avoir plutôt trouvé de belles solutions « cosy, évoquant le meilleur des hôtels new-yorkais par exemple ». Avec un souhait pour le futur : que ces mêmes fabricants, qui ont fait la preuve de leur désir et de leur capacité à élargir le nombre de motifs et de couleurs disponibles sur leurs produits haut de gamme, portent également cette ambition sur des produits en entrée de gamme. « C’est peut-être de la déformation professionnelle mais je ne manque jamais l’occasion de rappeler à leurs stylistes qu’il faut oser faire la différence » ! conclut-elle en souriant.